ALPINIA ROSE - RECETTES DU COIN RECETTES DU COIN
RSS Feed

ALPINIA ROSE

octobre 24, 2016 par DIDIER LACAILLE Pas de commentaire »


ALPINIA ROSE

guadeloupe

Les Alpinia sont des herbacées tropicales, issues d’un rhizome odorant, souvent cultivées pour la fleur coupée. Leur floraison spectaculaire est formée d’un épi richement coloré qui fuse au-dessus d’un feuillage ample atteignant 4 m de hauteur.
L’Alpinia, aussi appelée gingembre rouge ou galanga d’Inde, est une plante tropicale de la famille des Zingibéracées, tout comme le gingembre ou l’Hedychium.
Elle naît d’un rhizome tubéreux épais, très aromatique et robuste. Des pousses solides persistantes, constituées de la superposition des feuilles comme chez le canna, culminent entre 1 et 4 m de hauteur. Les feuilles alternes lancéolées ou oblongues disposées de part et d’autre de cette fausse tige, appelée stipe ou pseudo-tige, arborent des tons vert foncé brillant rappelant la feuille de bananier. Le limbe, pourvu d’un pétiole court ou absent, est parcouru de nervures peinées. Il apparaît enroulé au cœur de la fausse-tige dans le sens de la longueur avant de se déployer.
La floraison intervient sur les pseudo-tiges au cours de leur deuxième année de croissance, ce qui exclut la possibilité que fleurissent des plantes subissant le gel des parties aériennes. La période propice est l’été, d’août à octobre sous nos latitudes, alors qu’elle s’étend tout au long de l’année en climat tropical humide. L’inflorescence se présente à l’extrémité des fausses tiges sous la forme d’un épi, d’une grappe ou d’une panicule en fonction de l’espèce. Elle est souvent très ornementale, offrant un aspect exotique très voyant, rouge, rose, jaune ou orange.
Chaque ramification de l’inflorescence porte 1 à 3 fleurs zygomorphes. Celles-ci sont généralement assez discrètes et fugaces, de couleur blanche chez l’espèce Alpinia purpurata.
La fleur résulte d’une différenciation particulièrement complexe caractérisant la famille. Chaque fleur est précédée d’une bractéole plus ou moins développée selon l’espèce et livre un calice large tubulaire ou campanulé (doté d’un pédoncule) avec des segments écartés. La corolle forme un tube cylindrique terminé par 3 lobes, dont celui du milieu prend parfois la forme d’un capuchon. Les 6 étamines sont disposées sur 2 cercles. Une seule d’entre elles est fertile, les 2 autres internes étant soudées pour former une sorte de labelle horizontal ou recourbé vers le sol, plus ou moins voyant selon l’espèce. Les 2-3 autres étamines externes transformées également en staminodes ont une apparence de pétale. Le pistil très massif est unique.
Le fruit est une capsule ronde ou ovoïde, déhiscente, parfois charnue, s’ouvrant par 3 valves.

Print Friendly, PDF & Email
 

Réagissez